" />
12 mars 2013

B-17G-95-DL 44-83735 [F-BDRS]

B-17G-95-DL 44-83735 F-BDRS

F_BDRS3

Désignation : B-17G-95-DL

Fabriquant : Douglas

Immatriculation : F-BDRS

Date et lieu de livraison à l’US Air Force :  18 mai 1945 à Rome (USA)

Propriétaire: Secrétariat Général de l'Aviation civile et Commerciale (30 décembre 1952)

Date de mise en service à l’IGN : 23 aout 1952

Prix d’achat : inconnu

Affectation IGN: Groupe 20

Heures de vol avec l’IGN : 6808h 5min

Nombre Total des heures de vol : inconnu

Autres immatriculations civiles : NL68269, N68269,

Carrière militaire :

Assemblé par Douglas dans son usine de Burbank, il est livré à l’armée à Rome (New York) le 18 mai 1945, il fait alors partie des centaines de B-17 livrés neufs mais totalement inutiles, après la fin des hostilités en Europe. Sa seule affectation est la 4202 BU Syracuse (Air Support Command) toujours dans l'état de New York le 26 septembre suivant. L'avion est finalement convoyé au RFC Altus dans l'Oklahoma le 5 Novembre 1945 et mis en vente. Ainsi s'achève la carrière de militaire de l'avion.

Récit de Jean Faivre sur l'appareil: 

Arrivée le 23-08-1952. Avant de posseder cette immatriculation le B-17G-95-DL serial 44-83735 a travaillé pour la "Trans Ocean Airlines", il transporta à travers le monde les membre de la congrégation religieuse américaine "Assembly of God". C'était une ancienne Forteresse aménagée à l'interieur de façon semblable à Oscar Echos.

Au sein de l'IGN, sa première mission fut également l'Indochine en 1953 / 1954. puis ensuite Madagascar, Afrique Occidentale, Afrique Equatoriale,  Afrique du Nord. En 1960 et 61 elle effectue des mission pour le CNRS. En 1965 elle travaille pour le CNES à Hammaguir et Pretoria. En 1966 même travail ; puis en 1967, 1968, 1969, 1970, 1971 on la voit alternant entre mission photo et calibration pour le CNES des stations 'Diane" à Redu (Belgique) Cayenne et Pretoria. Elle effectue son dernier vol le 02-02-1972 puis fut cédée par les domaines au musée de l'Air anglais le  24-05-1975 à 6808,40 heures cellule et acheminée par tronçons vers le Royaume Unis.

Avec la F-BGOE, cette machine était en Indochine à la veille de Dien-Bien-Phu. Les deux machine décollèrent pour l'hexagone le jour précédant leur réquisition par l'Armée.

Carrière civile :

Le 17 février 1947 on extirpe l’avion de son aire de stockage et vendu pour environ 13000 dollars à la compagnie Transocean Airlines basée en Californie. L’avion ne compte alors que 35 heures de vol à son actif, il est immatriculé NL68269, on lui supprime toutes ses tourelles et autres attributs militaires et on y ajoute quelques hublot. A l’intérieur, la légende veut qu’un bar fût aménagé à l’intérieur du nez de l’avion avec un buffet, dans le reste du fuselage y figurait un bureau, sept places assises et un espace restauration. De 1948 à 1949 il est le « véhicule de fonction » du Président de la compagnie. Il fut Baptisé « San Miguel »

B17SanMiguel_sm-476x321

Le B-17 San Miguel, vu en Californie peu de temps après son achat

Le colonel Soriano s’avérera être un véritable « globetrotteur » puisque l’avion fera des escales partout dans le monde et même deux fois en France (Paris et Bordeaux) Par ailleurs il semblerait que le B-17 fit un long séjour à Bordeaux (deux semaines) le temps que le président de la compagnie prenne quelques vacances en Espagne (ne voyant pas d’intérêt pour un long séjour en France). Les pilotes prirent l’avion pour Paris y passer quelques jours et revinrent plus tard chercher l’avion et ses vacanciers.

L’avion rentra finalement à New York après une escale Irlandaise. Quand le jour fut venu de repartir de New York, pour la cote ouest le pilote qui avait effectué ce tour du monde de 6 semaines (Honolulu, Ile de Wake, Guam, Manille, Bangkok, New Dehli, Karachi, Le Caire, Rome, Bordeaux, Shannon [Irlande du Nord] et New York) fut enfin envoyé en repos, sa fille étant née durant le périple et personne ne s’en était rendu compte.

F-BDRS2

Trente ans plus tard, il fit remarquer avec amusement qu’il voulait bien être inscrit dans le Guiness Book des records pour avoir fait un Tour du monde sur un quadrimoteur de 20 tonnes avec un pilote automatique en panne !

Comble de l’histoire, son affectation sur ce tour du monde alors qu’il avait assez peu d’expérience sur B-17 ( !) tout au plus une ou deux heures de tour de piste, lui fut assignée par erreur !

La conclusion de Frank Kennedy fut : « Je fus le seul pilote à faire le tour du monde en quadrimoteur sur lequel je n’étais pas qualifié, sans pilote automatique et contre mon gré ! »

Assemblie of God :

Le 4 octobre 1949, la compagnie met en vente l’appareil, qui est acheté par la « Assemblie of God Incorporated». Une congrégation religieuse qui possédait déjà un C-46 Commando baptisé « Ambassador » pour le transport de ses membres, l’Assemblée voulait un avion à plus grand rayon d’action. Le B-17 fut donc Baptisé « Ambassador 2 », on supprima tous ses luxueux aménagements à l’exception des mur capitonnés et installe un maximum de sièges passagers. L’avion est déployé sur la zone pacifique, au cours de sa première année d’exploitation il visite 38 pays au départ de Mexico. L’avion est utilisé jusqu’au 7 novembre 1951. Le nom de chaque pays visité fut peint sur le nez de l’avion à mesure de ses voyages. L’un de ses membres d’équipage Gene Callentine  qualifiera l’avion de « Motel Volant »


F-BDRS

L’avion fut mis en vente, son exploitation fut compromise par la montée des frais d’exploitation (taxe d’atterrissage, hausse de l’assurance pour les vols transocéaniques)  suite à l’éclatement de la guerre de Corée qui limitait son champ d’action et maximisait les risques dans la zone du nord du pacifique. Bien des années plus tard le B-17 à toujours une grande valeur sentimentale au sein de cette congrégation religieuse, qui le visite toujours à Duxford régulièrement.

Leeward Aeronautical

Le NL68269 est acheté par la société Leeward Aeronautical, basée à Fort Wayne dans l’Indiana, qui l’immatricula N68269. Le fils du patron de cette entreprise n’est autre que Jimmy Leeward, un célèbre pilote de courses d’avion de Reno, tragiquement disparut dans un accident il y a peu. Celui-ci aurait confié que son père fit un vol vers Paris avec le B-17 et effectua des films durant le voyage mais Jimmy Leeward ne parvint jamais à les retrouver.

Carrière IGN :

L’Institut achète l’avion et l’immatricule F-BDRS le 23 aout 1952. Elle est envoyée en Indochine en mission en 1953 alors que le pays est en pleine guerre civile. Quand l’Armée de l’Air réquisitionne tous les appareils présents dans le pays, l’équipage va s’enfuir tout simplement du pays !

PICT2567_1 (1)

La même année l’avion est en mission photo sur l’Afrique et Madagascar. En 1960-1961 on détache l’avion au CNRS, puis une nouvelle fois en 1965-1966 au CNES pour une mission en Afrique du sud. Entre temps en 1964 elle effectua une mission sur la Norvège et une seconde sur le Groenland Entre 1967 et 1971 elle est en mission sur la Belgique, avant de refaire une mission avec le CNES en Afrique du sud. La F-BDRS effectue son dernier vol le 2 février 1972 avec 6808 heures de vol à son actif.

L’avion est ensuite placé en stockage dans un coin de la base, son nez démonté, soute à bombe ouverte et moteurs démontés. Durant plusieurs années de nombreuses voix anglophone vont se scandaliser de l’état de l’avion, qui selon eux est indignement abandonné.

epave B17 CREIL 001

En réalité, la formation des mécaniciens de l’IGN étant basée sur les manuels originaux du B-17, ils l’ont tout simplement mise en position de stockage de longue durée, comme il l’est conseillé dans le manuel…

Euroworld et l’Imperial War Museum

Le 24 mai 1974, l’avion est vendu 30000 francs de l’époque à la société Euroworld de Tedd White et Don Bullock. Deux B-17 furent achetés, F-BGSR devenue « Sally B » et F-BDRS baptisée « Euroworld B-17 ». Les deux avions arrivèrent à Duxford par la voie des airs. L’ex-F-BDRS « Euroworld B-17 » y fut dépouillée de tout ses équipements encore bons d’usage pour voler. Ils furent échangés avec les instruments hors d’usage ou en fin de vie de la « Sally B » pour maintenir cette dernière en état de vol.

PICT2565_1

L’ex-F-BDRS fut ensuite vendue à l’Imperial War Museum de Duxford. Qui restaure l’avion sous le nom de « Mary Alice ». En 2011 le musée lance une opération originale en décidant de restaurer l’avion. Le musée étant fermé sur ses avions, le B-17 est démonté et sortit par l’issue de secours située juste devant lui

 creil01061963fbdrs

F-BDRS vue à Creil le 1er juin 1963

Voir l'album photo de l'avion ici

American Air Museum Duxford

Posté par F3V1 à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur B-17G-95-DL 44-83735 [F-BDRS]

Poster un commentaire